Brexit et droit européen : quelles implications pour les entreprises et citoyens?


Le Brexit, événement historique qui a marqué l’actualité depuis le référendum de 2016, soulève de nombreuses questions quant à ses implications sur le droit européen. En effet, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) bouleverse l’équilibre juridique en vigueur et impose aux acteurs concernés d’adapter leur pratique en conséquence.

Les conséquences juridiques immédiates du Brexit

Dès la date effective du Brexit, le 31 janvier 2020, le Royaume-Uni est devenu un pays tiers vis-à-vis de l’UE. Cela signifie qu’il n’est plus soumis au droit européen et que les traités européens ne s’appliquent plus sur son territoire. De même, les décisions des institutions européennes ne sont plus contraignantes pour les autorités britanniques.

Toutefois, une période de transition a été mise en place jusqu’au 31 décembre 2020 afin de permettre aux acteurs économiques et politiques de s’adapter aux nouvelles règles. Pendant cette période, le Royaume-Uni continuait à appliquer le droit européen et à participer au marché unique.

Le nouvel accord commercial entre l’UE et le Royaume-Uni

Pour réguler les relations entre l’UE et le Royaume-Uni après la fin de la période de transition, un nouvel accord commercial a été conclu le 24 décembre 2020, l’Accord de commerce et de coopération (TCA). Ce texte prévoit des dispositions sur diverses thématiques, telles que le commerce de biens et services, la concurrence, les aides d’État, la protection des investissements ou encore la coopération en matière de sécurité.

Cet accord garantit notamment un accès sans droits de douane ni quotas pour les marchandises échangées entre l’UE et le Royaume-Uni. Toutefois, il introduit des contrôles douaniers et des formalités administratives supplémentaires pour les entreprises qui doivent désormais se conformer aux règles d’origine applicables.

L’impact du Brexit sur le droit européen : quelques exemples concrets

Le droit des sociétés

Les entreprises britanniques qui opèrent dans l’UE doivent prendre en compte les conséquences du Brexit sur leur statut juridique. Par exemple, une société de droit britannique ne peut plus bénéficier du régime de la société européenne (SE) prévu par le droit européen. Elle doit donc se conformer au droit national du pays où elle exerce ses activités et éventuellement procéder à une transformation en société locale.

La protection des données personnelles

Depuis le Brexit, le Royaume-Uni est considéré comme un pays tiers en matière de protection des données personnelles. Cela signifie que les entreprises qui transfèrent des données personnelles entre l’UE et le Royaume-Uni doivent respecter les règles encadrant les transferts vers des pays tiers prévues par le Règlement général sur la protection des données (RGPD). Toutefois, l’accord commercial prévoit une période de transition de six mois pour permettre aux entreprises de s’adapter aux nouvelles exigences.

Le droit de la propriété intellectuelle

Le Brexit a également des conséquences sur la protection des droits de propriété intellectuelle au Royaume-Uni. Les titulaires d’un droit européen, tel qu’un brevet européen ou une marque de l’UE, doivent prendre des mesures pour protéger leurs droits sur le territoire britannique. Par exemple, il est nécessaire de demander une conversion de sa marque européenne en marque britannique pour en conserver les effets au Royaume-Uni.

Les implications du Brexit pour les citoyens

Enfin, le Brexit a un impact majeur sur les droits des citoyens européens et britanniques. La libre circulation des personnes entre l’UE et le Royaume-Uni est désormais limitée et soumise à un système d’immigration basé sur les compétences et l’emploi. Les citoyens européens résidant au Royaume-Uni avant la fin de la période de transition doivent demander un statut de résident, tandis que les citoyens britanniques souhaitant travailler dans l’UE doivent se conformer aux règles nationales d’immigration du pays concerné.

Au-delà de la mobilité, le Brexit affecte également d’autres droits des citoyens, tels que la reconnaissance des qualifications professionnelles et l’accès aux prestations sociales ou aux services de santé.

Le Brexit constitue un bouleversement majeur pour les acteurs économiques et les citoyens concernés par les relations entre l’UE et le Royaume-Uni. Les implications sur le droit européen sont nombreuses et nécessitent une adaptation rapide des pratiques et une veille juridique attentive pour anticiper les évolutions à venir.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *